Patois de chez nous : L’home que se senti lou couradzi de mandza en petiot ase

En 1855, ei mès d’abriau, près de la cathédralo di PEI, i aiot en home que fasit lou courdounier. Se levavo de buon mati e touto la journado, petassavo las groulos que d’aquei tems mancavoun pas.
D’en davos, lou munde petafinavoun pas com’anuet. Eroun sarras coumo de pignos e quand èro l’houro de paya sabien mé pura.
Estapeu, noust’homme pas toujour payat, petavo pas de graissso. Se couflavo ame de trifolos, de coudennos de lard, de brigadeï e de chastagnos.
Pré soun malher aiot ena fam de loup.
Erousamen pré s’eil, sans aveire la pouocho garnido, aqueil courdounier mandzet en cop coum’en reï é quasimen à sa fam.
Aqueil jour qu’aco arribet, ena douzino de pechaiaires s’éroun ataulas ptès di Breïl, dins qu’en café, pré fa en buon dina. Un de s’ulles aïot, en effet, attrapa un beil saumou, dins l’Allier, di cousta de Brioudes, lou jour de davos.
La bestio éro tellamen bello que une de z’ulles diguet que jamai de la vido en home, a s’eil souvet, la pourriot mandza et toutes lous pechaiaires éroun de soun aviaire.
Ma une que se troubavo ei café liur diguet : « Maufizet vous ! quant voulet jugat que ieu vous adieuse en home pr’aco fa. »
Eh bé ana lou querre. Vous espiten. Se gagna vous dounaren en escu chacun e vous nous bilaret pas ré pré ço que avet perdu d’avanço et nous counta des counlettos.
L’ome di café anet trouba lou courdounier dins sa boutiquo. Quand aguet expliqua la besougno, lous spécialiste de las grouloos diguet pas nou. Pas mins se grattavo la testo et fasit mè que demanda se lou,saumou èra beil.
E coumo l’home di café respondit que n’aiot jamai vis lou pariè, lou courdounier penset que, de touto façou, s’eil, pr’en cop, se sourtirit lou ventre de la misero é champiret l’home.
Arribas i Martouret. Vigueroun en petiot ase. E lou courdounier de demanda s’aqueil que devit mandza èro pu gross ou mina gross.
« Me foutiu fallet, nous voulon pas fa mandza en petiot ase (en soummou) mès en peissou (en saumou). Avet la testo diuro : vous l’ei déjo expliqua tout ara !
eh bé, moussu, s’acos mè en peissou, vous disé tout de suito qu’avet gagnat. »
I café, près aveire biu coumo en trau de toupaïro et mandza pendent très houros, lou courdounier que commençavo a rounla, amaï de biais, lous erros, s’escridet : « Messiers, sen pas ati pré badina. Acos lou moumeny d’attaqua. Tout aco que ieu mastraillé ati, ac’os mè de passot-tems. Fazé venit aquei peissou.Aira lou vau issaya. »
Lous autres i respoudigueron : « Eh bé, moun home, set caucus. Vous set memos pas avisat que lou prisso l’avet mandza. »

Si vous souhaitez connaitre la traduction en français, vous pouvez me la demander dans un commentaire de cet article.

Juin 2016

Cette entrée a été publiée dans La Haute-Loire, le Puy-en-Velay. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>