Enquête édifiante d’un malvoyant ponot

Marc Brosson fréquente l’antenne D.M.L.A. du Puy-en-Velay où les membres se réunissent le premier jeudi de chaque mois à la maison de quartier Roger Fourneyron. Ceux-ci sont tous touchés par le handicap  visuel ou même par la cécité complète.
Marc est particulièrement exacerbé par le comportement indigne et irrespectueux de certains automobilistes qui se garent sur les trottoirs et dans des endroits où les aveugles, les malvoyants et les gens en fauteuil roulant ne peuvent pas passer ou au prix d’une prise de risque.
Il a donc  a réalisé une enquête modeste : il a fait un  court reportage photo pour dénoncer ces abus qu’il a constatés et subis dans son quartier.
Sachez bien que, nonobstant les difficultés générées par leur handicap visuel ou moteur, ces personnes sont obligées de se coltiner avec un problème supplémentaire créé par ces véhicules garés illicitement n’importe où.
Que ces goujats qui agissent si délicieusement, prennent aussi le handicap de la personne victime en sus de leur conduite anti-citoyenne en stationnant sur une place interdite !

 

 

 

 

 

 

Décembre 2017

Publié dans Santé et malvoyance | 2 commentaires

RCF : présentation audio des mots de mon moulin

Patrick Planchon, journaliste, m’a reçue dans les locaux de la radio RCF de la Haute-Loire. J’y ai présenté le livre dont je suis l’auteur.

https://rcf.fr/actualite/viviane-rousset-gouin-ma-vie-etait-foutue-je-ne-voulais-plus-vivre

Novembre 2017

Publié dans Pont d'Alleyras et ses environs | Laisser un commentaire

Interview dans la presse locale

Article de l’Éveil de la Haute-Loire du 10 novembre 2017.

Publié dans Pont d'Alleyras et ses environs | Laisser un commentaire

Jardins extraordinaires sur les toits de Paris


https://www.youtube.com/watch?v=nMfUeUM0lXo
Si  on m’avait dit que les toits de la capitale seraient un jour transformés en jardins, je ne l’aurais pas crû; et pourtant !
https://www.youtube.com/watch?v=52OX-J56SYo

https://www.youtube.com/watch?v=tMEPVhgEbek

https://www.youtube.com/watch?v=qmdmi3eYDtE

Novembre 2017

Publié dans Jardins et biodiversité | Laisser un commentaire

Acrostiche pour Gilbert B.

Cher Gilbert,

A l’approche de Noël et comme le temps m’échappe actuellement pour mille et une raisons de venir chez toi, l’exilé parti d’Aussac pour travailler et bâtir ta maison près de Vic-le-Comte, j’ai peaufiné ce texte pour me faire pardonner. Mais ma visite n’est que partie remise.
Et parce que je sais que tu es un poète, celui d’Aussac, que tu m’as fait redécouvrir et apprécier tant tu as parlé de lui dans tes livres-souvenirs – Les crayons de L’Arc en Ciel et Partitions de mes montagnes et Vallées aux éditions ACVAM-, je suis sure que tu seras sensible à ces deux acrostiches* à partir de ton prénom à l’endroit puis à l’envers.
Ils sont accompagnés de photos prises cet été en allant à la fontaine de ton hameau qui a dû bercer bien de tes souvenirs. C’est vrai qu’elle est particulièrement belle !
Affectueusement,

Viviane

* acrostiche : un acrostiche, du grec akrostikhos, est un poème, une strophe ou une série de strophes fondés sur une forme poétique consistant en ce que, lues verticalement de haut en bas, la première lettre ou, parfois, les premiers mots d’une suite de vers composent un mot ou une expression en lien avec le poème.

Gentillesse, simplicité, naturel, sourire  et empathie,
Invitent à me réjouir d’être et de rester ton amie ;
La liste longue commence dès notre prime enfance ;
B
rimé dès la petite école près de ses trains en partance,
E
t souffre-douleur d’un maître de la grande qui suivit
Rabroué, tu le fus alors que d’autres étaient chouchous,
Toi, le fils sensible de l’Antoinette et du Milou.

Tu habitais une ferme du hameau d’Aussac
Revigorant pour toi car lieu  paradisiaque,
É
ternel îlot d’ineffable  bonheur de ta jeunesse
B
éatitude dont tu te délectais jusqu’à l’ivresse.
L
orsque tu revenais avec Denis  à pied depuis l’école,
I
l faisait bon retrouver le chaud bercail familial
G
avé de devoirs de maths et de règles grammaticales.

 

 

 

 

Novembre 2017

Publié dans Pont d'Alleyras et ses environs | Laisser un commentaire

La maison des métiers anciens

André Albérola que vous voyez ici est le grand maître de cette maison des métiers anciens, un connaisseur « touche à toutes les techniques », un conteur d’anecdotes,  féru d’expressions, pédagogue, plein d’humour… J’arrête là, de peur que n’enflent ses chevilles ! A propos de celle-ci, je peux affirmer qu’il est la cheville ouvrière de son musée, que peu de guides ne lui  arrivent à la cheville et que, même s’il est en cheville avec la mairie dont il est un des conseillers municipaux, il reste avant tout un homme de savoir qu’il partage avec ses visiteurs, pour peu que ceux-ci se révèlent curieux.
Il faut impérativement visiter son antre à côté du chevalement du puits Ricard et du musée du mineur de la Grand-Combe. J’y ai rencontré un passionné qui sait tout sur les savoir-faire et les outils de jadis.
En plus, il connaissait mon père et ma mère…
Alors, merci monsieur Monsieur Albérola et bravo.

Novembre 2017

 

Publié dans Voyages | Un commentaire

La vie secrète des arbres


Moi-même ai toujours mal ressenti les attaques que l’homme pouvait faire aux arbres, surtout aux feuillus. Je détestais que l’on grave « à un tel ou une telle pour la vie », agression faite au couteau sur leur tronc. Aimerait-on qu’on nous fasse la même chose ? Je me souviens du roman Le pain de l’étranger d’Henri Troyat qui commence par l’abattage d’un vieux tilleul annonciateur déjà les malheurs à venir. C’est qu’il ne fait pas bon s’en prendre impunément à de tels seigneurs.
Peter Wohleben est l’auteur d’un best-seller en Allemagne;  son livre vient enfin d’être traduit en français, après l’avoir déjà été dans une trentaine de langues.
Il s’agit  d’une sorte de conte naturaliste où le narrateur nous invite, avec des mots simples mais avec la rigueur scientifique de son métier de forestier, à partager « le bonheur » de la fréquentation des forêts, source vivifiante de réflexion non seulement sur la place de la nature, mais aussi sur les sociétés humaines. Pour peu, bien sûr, que l’on accepte de changer son regard, comme il l’a fait lui-même en se transformant de coupeur de bois – « j’en savais à peu près autant sur la vie secrète des arbres qu’un boucher sur la vie affective des animaux », confesse-t-il – en gardien éclairé d’une hêtraie de la région de l’Eifel, à l’ouest de la Rhénanie.
Pas à pas, comme un semeur de graines, il nous révèle le langage des arbres, capables de communiquer entre eux par les odeurs et par les signaux électriques qu’ils émettent, mais aussi par un étonnant réseau racinaire comparable à un « Wood Wide Web », toile souterraine où s’échangent des informations sur les insectes environnants ou la sécheresse du sol. On y apprend comment les populations sylvestres mettent en place des stratégies collectives de défense contre leurs agresseurs, à l’image des acacias de la savane africaine dont les feuilles se gorgent de substances toxiques pour éloigner les girafes qui les broutent, en même temps que la libération d’un gaz avertisseur alerte leurs congénères du danger.
On y découvre aussi que les arbres sont régis par une véritable organisation sociale, fondée sur l’entraide et la solidarité. Au sein d’une même espèce et d’un même peuplement, ils échangent des éléments nutritifs par leurs systèmes racinaires. Les « parents-arbres » veillent…
Envoyé spécial a réalisé un reportage à ce sujet avec « la Vie secrète des arbres ». https://duckduckgo.com/?q=la+vie+secr%C3%A8te+des+arbres&t=ffab&iax=videos&ia=videos&iai=eh6rnaqSPto

Novembre 2017

Publié dans Jardins et biodiversité | Laisser un commentaire

La fontaine de Gourlong

Renvoi à cet intéressant article : http://alleyras-capitale.info/spip.php?page=article&id_article=434

Novembre 2017

 

Publié dans Pont d'Alleyras et ses environs | Un commentaire

Séneujols : le « Palais de Gargantua »

Article et photo de Sylvain Bret, tiré de Volcan n°92, octobre-novembre 2017 avec des extraits de l’ouvrage « Au pied du Devès SENEUJOLS ».

Au lieu-dit Le Villard (pays de Cayres et de Pradelles), en bordure de la route, à environ 50 mètres de marche sur un chemin de terre rouge balisé, gît un vestige des temps anciens qui vaut le détour…
Si un jour vous passez par la route reliant Séneujols à Bains (D621), ne manquez pas de vous y arrêter.
Blotti au fond du pré, dans l’angle, se trouve un dolmen remarquablement bien préservé. Classé monument historique en 1986, ce monument mégalithique est l’un des seuls vestiges néolithiques incontestables du Velay, bien que d’autres dolmens et menhirs jonchent les sols du Massif Central, mais aussi et surtout en Lozère et en Ardèche.
Le mot dolmen, d’origine bretonne, signifie « table de pierre ». En Europe occidentale, leur construction est estimée aux 4ème et 3ème millénaires avant notre ère. Celui du Villard est attribué au Néolithique final, bien que l’origine de ces vestiges reste inconnue dans le Velay.
Bien souvent, la fouille d’un tel monument révèle des squelettes humains, il s’agirait donc d’un genre de tombeau de dignitaire. Le dolmen de Séneujols aurait fait l’objet de plusieurs fouilles clandestines dont il ne subsiste aucune trace d’une éventuelle trouvaille de ce type. Le célèbre historien local Albert Boudon-Lashermes aurait également fouillé. En revanche, semble-t-il, il aurait servi plus d’une fois d’abri pour les bergers.
Selon la légende, le géant Gargantua, qui avait un pied dans l’Allier et l’autre dans la Loire, jouait à faire des ricochets avec des palets. Il en aurait ainsi égaré un près de Séneujols, le fameux dolmen, que l’on surnomma « Palais de Gargantua ».
Répertorié comme œuvre simple en basalte, le « Palais de Gargantua » est constitué d’une dalle dite de couverture de 7m de circonférence et 45cm d’épaisseur. Elle est aujourd’hui au niveau du chemin et pèse entre 9 et 10 tonnes. Celle-ci repose sur deux supports latéraux (orthostates) et une dalle de chevet en basalte et brèche volcanique. L’ensemble forme ce que l’on appelle « la Table » et délimite un volume surnommé »la Chambre » (2,50m sur 1,20m). L’entrée est orientée à l’est, comme pour la plupart des dolmens.

Novembre 2017

 

Publié dans La Haute-Loire, le Puy-en-Velay | Laisser un commentaire

La vie animalière


Un soir d’hiver, chez monsieur Dugarin, les animaux vaquent. Ainsi se continuent les saisons.
Laissez-vous émerveiller par ce documentaire comme je l’ai été.
https://www.youtube.com/watch?v=gslMyxIEOhc

Octobre 2017

Publié dans Animaux | Laisser un commentaire