Imbroglio chez les cucurbitacées


Il y a longtemps que je voulais opérer un classement écrit dans cette famille de plantes que sont les cucurbitacées, mais pas pour toutes, seulement pour celles classées dans le genre cucurbita afin de clarifier mes connaissances botaniques et de ne plus  les mélanger.
En effet, les jardiniers en cultivent et  celles de la même espèce s’hybrident entre elles. Je pense en particulier à deux cas d’hybridation que j’ai connus.
Une fois, Serge Guégan avait reçu des graines de courge olive que  lui avait données une copine. A maturité, celles-ci se sont révélées être de couleur orange comme les potimarrons et avaient un goût autre que celui attendu car elles s’étaient hybridées.
Une autre fois, j’avais semé des graines de courge spaghetti comme je le pensais.  Cette variété appartient à l’espèce pepo et s’hybride avec les courgettes qui sont de la même espèce. Les dites graines étaient bâtardes,  le résultat fut on ne peut plus décevant !  Pour être certain d’obtenir le légume désiré, il est donc nécessaire de racheter des   semences. Car, abâtardies, elles perdent leurs caractères spécifiques. Or, les graines restent chères et  engraissent les semenciers qui ne sont en général que des salauds, sauf quel qu’uns qui ne veulent pas s’approprier ce bien commun de l’humanité. Écoutez  donc   la chanson Kolibri à propos de Monsanto, célèbre multinationale agro-industrielle à boycotter d’urgence  : https://www.youtube.com/watch?v=kUNxxXBAAQU
Pour enfoncer le clou, vous pouvez aussi écouter cet ariégeois : http://www.ariegenews.com/news-1464-67205.html
Sous le terme cucurbita sont classés plusieurs genres :
- cucumis auquel appartiennent le melon, le concombre, le cornichon,
- citrullus
avec la pastèque,
- cucurbita
que je développe ici.
Par conséquent, il est impératif de savoir dans ce genre cucurbita ce que sont les espèces et les variétés les plus connues en Haute-Loire.
En réalisant une sorte d’arbre généalogique du genre cucurbita, on constate que   celui-ci est composé de 27 espèces connues, mais seulement peu sont communément cultivées en Europe.
On obtient pour résumer :
- Au sommet, le nom du  genre : cucurbita
Au dessous, les espèces : maxima, pepo, moschata, ficifolia, argyrosperma,
Encore au-dessous :  les variétés.

1. L’espèce cucurbita pepo est,  de loin, la plus répandue en France. Elle regroupe plusieurs variétés de courges et de courgettes cultivées ainsi que la citrouille. Parmi les plus connues, on peut mentionner :
- la pomarine, aussi appelée Iack-be-little ou mini-Jack-be. La pomarine est originaire de l’état du Colorado aux États-Unis, de petite taille et ressemble à une citrouille miniature, de couleur orange. Les fruits peuvent se conserver pendant plus d’un année et être farcis.
- la courge pomme d’or : petits fruits sphériques de 6 à 8 cm de diamètre. Saveur très fine, rappelant celle de l’artichaut. Chair peu épaisse. Écorce dure de couleur jaune à maturité, de bonne conservation et qui se farcit.
- le pâtisson : joli fruit en forme de disque bombé à l’épiderme de couleur orange vif. Les fruits jeunes se consomment comme des courgettes. Ils peuvent se râper crus et ont une saveur de fond d’artichaut. Chair assez épaisse, de couleur jaune, ferme, farineuse, peu sucrée. Les fruits à maturité peuvent être farcis.
- la courgette : fruit de forme allongée, vert ou jaune. Il existe de nombreuses variétés de courgettes : la Ronde de Nice, la Grisette de Provence, la Blanche de Virginie et la jaune Goldrush F1.. . La variété ronde est exquise à farcir.
- la citrouille (celle d’Halloween), de forme ronde, de couleur orange

- la courge patidou ou sweet dumpling  : elle a la saveur de châtaigne fraîche et se mange aussi bien crue râpée que cuite, ou encore farcie.
- la courge spaghetti ou spaghetti végétal : fruits de couleur blanche prennent une couleur ambrée à maturité. Après cuisson, la chair se défait en filaments rappelant les spaghettis. Chair très peu calorique.
Il existe un grand nombre de cucurbita pepo. Si vous voulez conserver vos semences pour l’année suivante, soyez vigilants ! Ne mélangez pas vos espèces ou pollinisez-les manuellement !

2. L’espèce cucurbita maxima est la cucurbita la plus volumineuse qu’on voit, la variété du potiron.  Le pédoncule est arrondi, d’aspect spongieux, sans côtes marquées ; se rattachent à cette espèce quelques variétés qui suivent :
- La courge de Hubbard : de chair épaisse, serrée, de couleur jaune orangé ou verte. La saveur est douce, peu sucrée,  très aromatique, de très bonne qualité. La chair se consomme cuite, sautée, en gratin, en purée, en potage, en soufflé, en gâteaux, en confiture.
- Le porimarron ou courge de Hokkaïdo :  e
n forme de poire. À la différence du potiron, il n’est pas nécessaire de retirer la peau du potimarron avant la cuisson.
- la courge olive : soyez patient ! Même si sa forme opulente donne envie d’y découper bien vite quelques tranches, elle n’est vraiment mûre qu’au mois de janvier. Sa chair devient alors incroyablement fondante et sucrée
- le potiron bleu de Hongrie : variété coureuse,  fruits sphériques,  aplatis à côtes peu marquées, de 20 à 35 cm de diamètre sur 15 à 25cm de haut. Couleur gris-bleu. Fruits pouvant atteindre de 3 à 8 kilogs, à chair très épaisse, ferme de couleur jaune. Peut se conserver 3 à 6 mois dans de bonnes conditions.
- le potiron rouge vif d’Etampes : variété la plus cultivée de France, très gros volume, rouge orangé, forme aplatie, larges côtes.
- le giraumon turban : sa forme et ses couleurs très particulières lui ont valu le surnom de « potiron turban » ou de « bonnet turc ».

3. L’espèce cucurbita moschata : c’est la courge musquée; le pédoncule est marqué par des côtes, mais s’élargit nettement à la base.
- la courge musquée de Provence : c’est une ancienne  variété originaire du sud de la France. Elle produit des fruits de 8 à 20 kg en moyenne. La chair ferme est très sucrée et parfumée. Elle est utilisée pour faire des gâteaux, des soupes ou des confitures. Les fruits peuvent être ramassés vert, vers fin septembre et finir de murir sans problème à l’intérieur et sans perte de qualité
- la sucrine du Berry : sa chair orange clair est tendre, sucrée et très parfumée. La consommer en gratin, purée, potage, tarte, flan, confiture… C’est ma préférée.
- la courge butternet : elle possède un goût délicieux de beurre noisette.
- la chayotte ou christophine : elle estcultivée dans les régions tropicales, notamment aux Antilles et à la Réunion. Elle présente la particularité de produire des tubercules. Elle a la forme d’une grosse poire; sa peau vert clair ou blanche présente des sillons et une peau lisse ou rugueuse selon la variété.
-  la courge longue de Nice : sa chair ferme a un goût musqué et sucré, et sa peau est d’abord vert clair puis ocre à maturité.

4. L’espèce cucurbita argyrosperma :  courge américaine surtout cultivée au Mexique et en Floride mais minime et peu connue chez nous (courge du Mexique). Je ne la développerai donc pas.

5. L’espèce ficifolia : c’est la courge de Siam que Yann Creyssac a beaucoup cultivée l’an dernier autour du moulin. Les animaux s’en sont régalés. Elle se conserve encore au moment où j’écris cet article. Par contre, elle contient beaucoup de graines.

Juin 2015

Cette entrée a été publiée dans Jardins et biodiversité. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>