Le chat

Il s’appelle en fait Léopold mais nous l’appelons plus simplement Léo. C’est Lucie C. chez laquelle il a vu le jour qui lui a trouvé ce nom. Lucie que j’aime et respecte, une amoureuse forcenée des animaux autour desquels s’articule une bonne partie de sa vie de jeune fille alors que tant d’autres n’ont pas cette préoccupation. Lucie est la personne idéale pour exercer une profession touchant aux animaux. Actuellement et d’après ce qu’elle m’a dit, elle a plusieurs chats, un tout petit chien miniature, une troupe de bernard l’ermite, un cheval…
Le caractère et la personnalité de Léo se déclinent de cette façon :
-         animal de mouvement et d’échange,
-         siamois actif et vagabond,
-          goûts raffinés et affirmés,
-          amateur de confort,
-         besoin de présence humaine mais aussi d’autonomie,
-         indépendant et recherchant la liberté,
-         amateur d’espace et de chasse,
-         élégant, fin, racé et beau,
-         léger, félin, joueur, séducteur,
-         relativement obéissant et fidèle,
-         esprit libre, apaisant et souvent présent.

Léo est un compagnon dont j’aurais beaucoup de mal à me passer, il remplit un pan de ma vie, je suis inquiète quand il s’absente trop longtemps mais j’aime qu’il puisse sortir librement et mener sa vie comme il veut. N’empêche que j’ai peur des voitures, du mal qu’elles pourraient lui faire, et je les vois en ennemies potentielles criminelles pour Léo – je le sais par expérience. Si j’avais pouvoir et autorité dans ma cité, j’interdirais la circulation automobile dans un rayon suffisant autour de ma maison.
Les « écraseurs d’animaux » se doutent-ils seulement du désastre que peut engendrer leur comportement assassin et des répercussions collatérales de leur acte ?
Car une maison sans bêtes, c’est un logement sans âme ni jardin, où aucun chien ne gratte derrière la porte ni aucun chat ne miaule sur le bord de la fenêtre. C’est un logis vide, mort, un sépulcre en quelque sorte. Ma fille Alice et son compagnon Yann vivent entourés de bêtes, et ils ont bien raison ! Au regard des contraintes qui peuvent en découler, leur bonheur de vivre si animalement  environnés ne peut égaler les inconvénients qui en résultent. Les bêtes ne trahissent pas ni ne trompent.
Comme c’est triste et désert une maison sans bêtes, ça m’étonne souvent !
Justement, Léo n’est pas rentré aujourd’hui. Cette absence m’inquiète. Où peut-il être ? Félix me se veut rassurant dans son sms. Puisse-t-il avoir raison !

Juin 2017

 

Cette entrée a été publiée dans Animaux. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Le chat

  1. Alice dit :

    Des bêtes à chagrin
    et des bêtes à bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>