Les chaumières en feu


Les villages de chaumières dont certains comptaient plus de vingt feux ont souvent été la proie du feu. Les révolutionnaires vengeurs les ont mis le feu, les enfants jouaient parfois avec lui  sans compter tous ceux qui jetaient de l’huile sur le feu ou qui allumaient les jours de fête des feux de joie.
C’était alors le coup de feu. L’incendie mettait le village à feu et à sang, il arrivait même que les bêtes prisonnières dans l’étable meurent à petit feu. La nuit, dans le feu de l’action, on n’y voyait que du feu. Il fallait être bien trempé et péter le feu, avoir le feu sacré et faire feu de tout bois pour éteindre le feu. Certains se résignaient à faire la part du feu, désolés d’avoir fait long feu. Ils se retrouvaient sans feu ni lieu et, à leur demande de secours, on leur répondait : « Il n’y a pas le feu ! »
D’autres en appelaient au curé pour venir conjurer le feu…
J’en mets ma main au feu, si les chaumières ont disparu, c’est qu’il n’y a pas de fumée sans feu.

Autour du mot feu :
- hameau de vingt feux : vingt familles
- la proie du feu : la proie de l’incendie
- mettre le feu : faire brûler, allumer un incendie
- jouer avec le feu : jouer avec le danger
- jeter de l’huile sur le feu : attiser un désir, pousser à le dispute
- feu de joie : allumé à l’occasion d’une fête (ex. : feu de la Saint Jean)
- coup de feu : moment de presse où l’on doit déployer une intense activité
- crier au feu : appeler au secours
- mettre à feu et à sang : ravager, détruire.
- mourir à petit feu : mourir lentement et cruellement.
- dans le feu de l’action : l’ardeur de l’action.
- n’y voir que du feu : ne rien y voir.
- péter le feu : déployer une grande énergie.
- avoir le feu sacré ; avoir de l’ardeur, de l’enthousiasme.
- faire feu de tout bois : utiliser tous les moyens en son pouvoir.
- faire la part du feu : se résigner à perdre pour sauver ce qui peut l’être.
- faire long feu : ne pas atteindre son but, échouer.
- être sans feu ni lieu : être sans abri.
- il n’y a pas le feu : soyez patient.
conjurer le feu : écarter l’incendie par des aides divines.
- mettre sa main au feu : en jurer, en être sûr.
- il n’y a pas de fumée sans feu : il n’y a pas d’incendie sans cause.

21 juin 2014, jour de la saint Jean

Cette entrée a été publiée dans Bric à brac de Viviane. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Les chaumières en feu

  1. ENGLES dit :

    Bonjour Viviane
    « Les chaumières en feu » me font trouver ton blog.
    Je vois que tu restes bien active.
    Il resterait à reprendre notre travail sur les chaumières avec un petit additif pour le publier avec 20 ans de recul? René Mansard me pousse dans ce sens pour proposer par exemple un numéro spécial dans les cahiers de Haute-Loire et ainsi en garder la mémoire.
    Je reste depuis la retraite aux Sauces. Bien amicalement michel

    • viviane dit :

      Bonjour Michel,
      Comme j’ai désormais ton adresse informatique, je t’envoie sur ton mail une réponse personnelle. Merci pour ton message.

  2. ENGLES dit :

    Très bien, voir mon commentaire ci dessus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>