Gilbert B. : L’Antoinette

Comme elle était bien dans sa maison
Regardant passer les saisons
Dans une odeur de feu de bois,
Souvent la musique elle écouta.

Aujourd’hui, sa maison est en deuil,
Personne n’en franchit plus le seuil
Désormais sa demeure est muette
Ne passe même plus sa chienne Miquette.

Cette dame, c’est l’Antoinette
Qui nous faisait rire et chanter
Elle était pourtant bien sur cette planète
Elle y ajoutait un air de fête.

De son petit pas nonchalant
Elle s’en allait parfois jusqu’aux champs
De son œil doux, elle embrassait son vallon
En écoutant chanter les grillons.

Ainsi, parmi les chemins odorants
Sans le savoir, elle vivait son dernier printemps
Mais de son image nous garderons longtemps
L’immuable souvenir d’une gentille maman.

Cette dame, c’est l’Antoinette
Qui faisait si bien sa toilette.
Lorsqu’elle allait danser le soir
Elle était pleine d’espoir.

A travers les joies et les peines
Au devant de ses rires et ses pleurs
Au fil des ans , elle savait
Que cela ne pouvait plus durer.

Cette dame, c’était l’Antoinette
Elle était quand même bien sur cette planète
Lorsqu’elle nous chantait la Yoyette
Toute la maison était en fête.

Couleur de Gilbert

Septembre 2015

Cette entrée a été publiée dans Textes de Gilbert Boudoussier. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>